logo7

Le Bananier Bleu : « Colorada » n’est pas ton coup d’essai. Après « Etadam » en 1999, puis le single « Ode à Ella » en 2001, qui préfigurait justement l’album d’aujourd’hui, quelle est l’évolution ?

Tangorra : En fait, ce serait plutôt un retour aux sources, une affirmation de mes premières amours … Les musiques jazz, afro-caribéenne, brésilienne et cubaine sont des musiques qui ont bercé mon enfance ; par la suite j’ai eu des périodes de recherches et de créations musicales qui m’ont conduit dans des univers différents (Zappa, Nusrat Fateh Ali Khan, Chaka Khan, Earth Wind and Fire…). Je peux dire que la musique que je défends aujourd’hui correspond aux couleurs « Jazz Métissé » que je rêvais d’exprimer ! « Ode à Ella « en 2001 était déjà les prémices d’une réflexion autour du jazz et des musiques du soleil.

LBB : Tu chantes en français, et l’un des messages forts du disque est la tolérance de la différence. C’est quelque chose d’important pour toi ?

Tangorra : Le français est une langue riche aussi bien dans sa poésie que dans sa symbolique (mais dont le maniement phonétique et rythmique n’est pas aussi aisé qu’en portugais ou en anglais). De plus je suis latine avant tout, j’aime le jeu des mots, les belles métaphores, et je me retrouve dans l’âme même de cette langue où l’esprit de tolérance, le respect des différences, l’amour, la liberté sont des thèmes éternels que je souhaite partager avec mon public !

LBB : Est-ce que la dénomination de chanteuse de jazz te convient ?

Tangorra : Oui, mais c’est un peu réducteur ! Le jazz fait partie de mon vocabulaire au même titre que la musique brésilienne, que les musiques modales et tonales. Je suis une chanteuse qui veut marier musique du soleil, jazz et poésie ! J’ai adopté le titre de chanteuse « Métis Jazz »… jusqu’à une meilleure appellation !

LBB : L’album s’appuie sur un trio de fidèles (Bibi Louison, Eric Vinceno et François Laizeau) auquel on ne peut pas manquer de rajouter Claude Sommier pour les compositions et les arrangements. C’est donc un vrai travail de groupe.

Tangorra : Tout à fait, avec deux niveaux d’intimité. Tout d’abord le travail de fond et de forme avec Claude que je fais depuis 2001 : je lui ai fait écouter tout ce que j’avais écrit et composé, il a tout de suite voulu m’aider à cristalliser cette écriture musicale et composer sur mesure les couleurs musicales que je désirais ! Dans le deuxième niveau d’intimité, j’inclurais Bibi, François, Eric et Marc-Michel Le Bevillon, pour leur adhésion immédiate au projet et leur disponibilité (de plus Eric a fait des arrangements sur trois titres, ainsi que Marc-Michel sur trois autres titres), voici le noyau dur du projet. Et j’ai la chance d’avoir à mes côtés une équipe de tourneurs, « Musique en Balade », représentée par Béatrice Vielle et ses assistantes.

TrinidadTangoband
De gauche à droite : Bibi Louison, Eric Vinceno, Claude Sommier
et François Laizeau
LBB : Pour « Colorada », la touche caribéenne est complétée par la présence d’Alain Jean-Marie et d’Andy Narell.

Tangorra : Yes ! Le pied, que dire de plus ? Ils ont tout de suite accepté de soutenir notre projet et nous tenions à intégrer ces deux grandes vérités caribéennes qu’ils représentent tous les deux ! Pour Andy (dont je suis fan depuis des années), nous avons pris le risque de lui proposer le champ libre sur trois titres, car pour moi il reste l’un des tous premiers solistes, en plus du cachet caribéen de l’instrument. Quant à Alain, pour nous c’est un maître ! Ecoutez le dans « Lune de Miel », il est d’une sensibilité et d’une finesse… au service de la musique et de la voix… sublime !

LBB : Enfin, l’orchestration est également complétée par une section de cuivre et un quartet à corde, force et douceur.

Tangorra : Ces deux orchestrations sont liées au caractère même des titres. La section de cuivres soutient les thèmes afro-cubains pour accentuer l’aspect pêchu, André Villeger avec une flûte très traditionnelle dans la Matadore et au sax dans Lune de miel. Le quatuor à cordes est là pour souligner un cha-cha plus caraïbe que cubain, et dans le Dolphin Dance plus mélancolique et émouvant…

LBB : Au total « Colorada » fait une grande part aux rythmes latins et brésiliens. C’est une musique que tu aimes particulièrement ?

Tangorra : Dans le thème « Ode à Ella », je fais allusion à mon enfance et à ma famille. En fait, nous écoutions beaucoup de boléros, de sambas, de mambos, de cha-chas, de merengués et de jazz ! J’ai été moulée dans ces musiques avec le sens de la fête et chaque réunion familiale était l’occasion de chanter, d’écouter et danser ! Tout naturellement à vingt ans, avec un sac à dos, je suis partie pour le Brésil, que j’ai parcouru pendant quatre mois. J’y ai appris la langue et la samba, j’ai chanté dans des clubs avec des musiciens incroyables ! Peu de temps après mon retour, je suis partie dans la Caraïbe où je suis restée aussi longtemps, sautant d’îles en îles et jouant en quartet dans des Clubs (Max Marolany : pianiste martiniquais, Claude Décator : bassiste saintois, Xavier Desandre Navarre : percussioniste / batteur aixois )… Voilà pourquoi je disais tout à l’heure que c’était un retour aux sources et à mes premières amours ! J’ai toujours souhaité me démarquer de mes empreintes brésiliennes, mais même Claude me dit que dans mes scats et mes improvisations elles reviennent malgré moi ! J’ai intégré et digéré l’âme de ces musiques et les restitue à travers ma latinité propre ! … « Métis Jazz » ?

LBB : Pour quand est prévue la sortie du disque, et où sera t-il disponible ?

Tangorra : La sortie du disque est prévue en février 2005 en France et dans l’union européenne chez tous les disquaires. Il sera probablement disponible dès décembre 2004 en Martinique, Guadeloupe et Guyane ! Nous travaillons avec « Fairplay » et il est tout à fait possible d’avoir une distribution aussi par Internet plus précoce (tangora@tangora.fr est le site qui est en cours d’élaboration).

LBB : Quelles tournées prépares-tu ?

Tangorra : Nous sortons du Baiser Salé à Paris avec Mario Canonge au piano et Eve Marie Bodet au violon et nous travaillons sur la sortie de l’album. Le 13 novembre nous jouons à Tunis. Le 20 novembre en première partie de Liz McComb à Villiers Le Bel en banlieue parisienne. Le 27 novembre au Café Méditerranéen à Marseille aux Docs des Suds… Les 16, 18 et 19 décembre, en Martinique au Calebasse Café (au Marin), au Jardin des Papillons (Carbet) et Ti-Sable (Grand Anse). Une tournée est prévue dans la Caraïbe fin avril, début mai (Ste Lucie, St Kitts, Barbade…). Evidemment, janvier et février seront parisiens pour la sortie de l’album en France (Sunset, New Morning, show case FNAC…) et j’espère vivement réussir à venir en Guadeloupe en ce début d’année 2005 aussi !

LBB : Merci Tangorra et à très bientôt j’espère.

Tangorra : Merci à toi Christophe et bravo au Bananier Bleu ! Grâce à vous le monde entier a une fenêtre ouverte sur l’actualité musicale et culturelle caribéenne.


Entretien réalisé le 24 octobre 2004

Christophe Jenny, Le Bananier Bleu